CHOIX DE TABLEAUX

 Le tableau en lui-même est réalisé sur une surface en deux dimensions, hauteur et largeur. Les traits, les lignes dans la composition du tableau en constituent la 1ère et la 2e dimensions.

Sculpter, c’est utiliser trois dimensions : la hauteur, la largeur, la profondeur. En peinture, les rendus du relief et de la profondeur sont restitués selon des techniques élaborées qui créent l’illusion, semblant avoir un caractère magique. L’artiste avec des lignes, ombres et couleurs crée la sensation de la 3e dimension.

Quand nous passons à la 4e dimension, nous sommes face à face avec l’espace-temps d’Einstein. L’espace nous le connaissons déjà, Mais le temps... L’époque et la durée de la réalisation de l’œuvre, le temps de la contemplation, tous ces moments et temps entrent dans l’espace-temps de la 4e dimension.

Et, pour moi, un tableau abstrait peut amener à entrer dans la 5e dimension où les sens, le savoir, la culture, les goûts et l’ouverture d’esprit du contemplateur entrent en jeu. Réaliser une composition abstraite relève d’une autre démarche de création que celle d’une composition figurative. Dans le figuratif l’observateur a des repères tangibles pour comprendre et s’approprier le sujet. Appréhender l’abstrait, c’est entrer en symbiose avec l’auteur du tableau selon des cheminements qui, pour prendre une comparaison, s’apparentent à ceux de l’écoute de la musique. Un tableau abstrait peut vous emporter dans un monde de pur plaisir sans que la ressemblance du sujet peint (personne, objet, paysage) interfère.